[Click here for the English version of this post]

 

Certaines personnes nous ont demandé pourquoi le nouveau correcteur orthographique français inclus dans le Service Pack 2 d’Office 2003 ne souligne plus un certain nombre de formes qui étaient considérées comme fautives par le correcteur précédent. Il va de soi que la réforme de l’orthographe n’a pas été « inventée » par Microsoft, mais il m’a néanmoins semblé intéressant de donner ici un bref aperçu des changements, surtout pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec cette réforme. Je voudrais donc rappeler les principes fondamentaux qui sous-tendent cette réforme (la plupart des linguistes parlent en fait plus de rectifications orthographiques que de réforme).

 

Les textes officiels sont très clairs sur la question: tant l’orthographe traditionnelle (l’ancienne orthographe) que la nouvelle orthographe sont considérées comme correctes. Le texte officiel précise : “aucune des deux graphies ne peut être tenue pour fautive » (Dictionnaire de l’Académie française (9e édition) dans les fascicules du Journal officiel, depuis le 22.05.93.). En France, au Canada et en Belgique, par exemple, les enseignants sont invités à considérer les anciennes et les nouvelles formes comme correctes. Ceci explique pourquoi le paramètre par défaut du nouveau correcteur que nous avons lancé en avril 2005 (et qui est inclus dans le SP 2 d’Office 2003) correspond précisément à la configuration permettant d’accepter tant les anciennes graphies que les nouvelles.

 

On notera que les changements concernent environ 2.000 mots (soit environ 20.000 formes fléchies). Le tableau suivant illustre quelques-uns de ces changements.

 

Orthographe traditionnelle (ancienne)

‘Nouvelle’ orthographe

brûler

bruler

accroître

accroitre

aiguë

aigüe

ambiguë

ambigüe

apparaître

apparaitre

chaîne

chaine

contre-attaquer

contrattaquer

géreras

gèreras

suggérerait

suggèrerait

porte-monnaie

portemonnaie

penalties

pénaltys

ruisselle

ruissèle

whiskies

whiskys

matches

matchs

 

Comme on peut le constater, les changements concernent principalement l’accent circonflexe, qui disparait (ou disparaît) dans un certain nombre de mots tels que connait, disparait, bruler, cout, enchainer, la concaténation de certains mots qui étaient unis par un trait d’union, l’utilisation des accents ou la disparition de certains pluriels irréguliers pour des emprunts qui se comportent désormais comme n’importe quel nom français prenant -s au pluriel. (whiskys, matchs, gentlemans…). L’utilisation des accents correspond aussi à la prononciation réelle des mots (ce qui explique que l’on recommande désormais d’écrire gèreras ou opèrerai, avec un accent grave plutôt que l’accent aigu de géreras ou d’opérerai).

 

Plusieurs sites donnent des listes plus ou moins exhaustives des mots touchés par ces rectifications orthographiques. J’ai déjà mentionné le site Orthographe Recommandée, mis en place par le "groupe de modernisation de la langue française", qui a décerné à notre correcteur un label de qualité. On peut également trouver sur la Toile des descriptions très intéressantes (et plus complètes qu’ici) de ces changements, par exemple ici, sur le site de l’Académie Française, ou encore ici.

 

A l’inverse de la réforme de l’orthographe allemande, de nature binaire (on décide d’appliquer la nouvelle orthographe ou pas), la réforme de l’orthographe française permet plus de souplesse puisque toutes les autorités linguistiques s’accordent sur le fait que les anciennes et les nouvelles graphies doivent être considérées comme correctes. Cela signifie que personne ne peut vous blâmer si vous décidez d’utiliser “bruler” (nouvelle graphie) dans un texte et “connaître” (ancienne graphie) un peu plus loin dans le même texte. Pour les personnes qui souhaitent toutefois être cohérentes ou qui ne souhaitent utiliser qu’un seul système orthographique (par exemple uniquement les nouvelles graphies), nous offrons la possibilité d’installer une boîte (ou boite) de dialogue très simple, comportant trois options. On peut la télécharger ici:

 

 

Ces trois options vous permettent :

(a)   d’appliquer uniquement l’orthographe traditionnelle (= les anciennes graphies) (ce qui signifie que les nouvelles graphies seront soulignées en rouge) ;

(b)   d’appliquer uniquement l’orthographe rectifiée (= la nouvelle orthographe) (ce qui signifie que les ‘anciennes’ graphies seront soulignées en rouge);

(c)    de considérer les anciennes graphies et les nouvelles graphies comme correctes (c’est en fait l’option par défaut).

 

Le thesaurus (dictionnaire de synonymes) utilise également ces options et adapte l’orthographe des suggestions qu’il propose à l’option choisie par l’utilisateur.

 

Nous espérons que ces options seront utilisées par les enseignants qui souhaitent enseigner les nouvelles règles et la philosophie de ces changements. Il est aisé d’imaginer que l’enseignant rédige un texte en appliquant les règles de l’orthographe traditionnelle et sélectionne l’option ‘orthographe rectifiée’, ce qui provoquera l’apparition des lignes ondulées rouges sous les formes ‘anciennes’. Il suffirait de demander à l’élève de corriger le texte en l’adaptant à la nouvelle orthographe. Je suis personnellement convaincu que l’outil peut se révéler être un moyen pédagogique puissant pour enseigner ces rectifications aux personnes qui ne les connaissent pas. Les enseignants (de même que les très nombreuses autres personnes) qui ont téléchargé le correcteur semblent apprécier ces trois options et les linguistes à qui j’ai eu l’honneur de présenter ce nouvel outil étaient très heureux de constater que Microsoft avait décidé de développer ce nouveau correcteur pour tenir compte de l’évolution de la langue française. Notre langue, comme toutes les autres langues, a évolué et évolue constamment. Nous nous devions donc de fournir à nos utilisateurs (enseignants, étudiants, journalistes, ou tout simplement toute personne amenée à rédiger des textes en français), un outil de correction linguistique souple répondant à leurs besoins.

 

Dans quelques jours, je reviendrai sur un autre aspect nouveau de notre correcteur, à savoir la prise en compte de la féminisation des noms de métiers…

 

Thierry Fontenelle [MSFT]

Microsoft Speech & Natural Language Group