J’ai parlé il y a quelques jours de l’intégration de la réforme de l’orthographe dans le nouveau correcteur orthographique français de Microsoft Office 2003. La féminisation des appellations professionnelles est aussi entrée dans les mœurs françaises et des termes comme écrivaine, auteure, professeure, échevine, officière, chercheure, gouverneure… sont désormais reconnus par ce correcteur (de même que des métiers plus rares : je me souviens d’un dossier il y a quelques années dans le magazine français Marie-Claire sur une thanatopractrice…).

 

Il suffit de faire une simple recherche sur la Toile pour se rendre compte que la presse féminine n’a pas attendu l’adaptation des dictionnaires pour généraliser ces formes que les linguistes ont examinées dans des ouvrages aussi sérieux que :

 

Cerquiglini, Bernard (réd.): Femme, j’écris ton nom… Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions. CNRS. INALF. 1999.

 

Commission de féminisation du Conseil supérieur de la langue française. (2005) : Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. Ministère de la Communauté française de Belgique. Bruxelles. 2ème édition.

 

Il est incontestable que les Québécois ont été les pionniers en la matière (je dois avoir plusieurs cartes de visite de « professeures de linguistique » qui enseignent dans des universités canadiennes). Mais il serait absurde de nier l’évolution de la langue en France, en Suisse ou en Belgique francophone. Il ne se passe pas une semaine sans que la presse ne nous parle d’une gouverneure, d’une chercheure ou des recherches d’une docteure… sans parler du succès d’auteures telles que J.K. Rowling ou Amélie Nothomb.

 

J’espère que le journaliste qui me disait il y a quelques mois qu’il avait débranché son correcteur orthographique parce qu’il ne reconnaissait pas ces formes féminines sera satisfait de cette évolution de nos outils … Cette reconnaissance officielle dans notre traitement de texte semble susciter de nombreuses réactions très positives dans la presse (ici ou , par exemple). J

 

Thierry Fontenelle [MSFT]

Microsoft Speech & Natural Language group