Romain Muller, membre du Groupe de modernisation de la langue et directeur de publication du site www.orthographe-recommandee.info me signale que le dernier numéro de Langues et Cité (septembre 2006), le bulletin de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), est consacré aux rectifications orthographiques. Ce bulletin de 12 pages, très intéressant, peut être consulté en ligne : http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/publications/publications.htm (section « Les pratiques linguistiques », vers le bas de la page). On y trouvera une analyse de la diffusion et de l’application de ces rectifications orthographiques en France, en Belgique, au Québec et en Suisse. On y trouvera également un aperçu (signé par Christine Jacquet-Pfau) de la façon dont ces rectifications sont désormais prises en compte par les différents correcteurs orthographiques (dont certains, comme celui de Microsoft Office 2003 SP2, ont reçu un label de qualité décerné par le site d’orthographe-recommandee.info, comme je l’ai signalé ici il y a quelques mois).

 

Sur le même site de la DGLFLF, on trouvera également une étude très fouillée intitulée « Les rectifications orthographiques de 1990 : analyses des pratiques réelles” (Cahiers de l'observatoire des pratiques linguistiques n°1, 2006). Le dernier numéro de Langues et Cité est en fait une synthèse de cette étude qui analyse les pratiques réelles et j’ai lu avec intérêt que « les étudiants français, qui à la question sur l'autoévaluation des rectifications répondaient ne pas connaitre les rectifications, les emploient spontanément, ce qui prouve que les rectifications de l'orthographe vont dans le bon sens de l'usage. » (p.152). L’étude inclut une analyse de Romain Muller portant sur les avancées récentes (décrites comme particulièrement heureuses) des logiciels de correction orthographique. Les outils de Microsoft Office sont ici aussi mentionnés à plusieurs reprises (avec une illustration des 3 options dont nous avons parlé ici). Comme je l’ai expliqué il y a quelques jours, ces options sont désormais directement intégrées à Word dans la version d’Office 2007 qui sortira très bientôt.

 

La remarque suivante que l’on peut lire en page 1 du numéro de Langues et Cité est très intéressante :

 

« Ces rectifications sont officiellement enseignées dans plusieurs pays francophones, alors qu'en France même elles restent assez largement ignorées des enseignants. Pourtant, après une période de 15 ans, on constate que l'usage des dictionnaires et des simples scripteurs francophones a adopté nombre de ces « variantes libres », qu'il ne serait sans doute pas illégitime désormais de rendre accessibles à tous. »

 

Peut-être le nouveau correcteur orthographique français de Microsoft Office contribuera-t-il lui aussi à rendre ces rectifications accessibles à tous, comme le souhaite la DGLFLF. Comme l’a remarqué Chantal Contant en page 10, nous ne sommes plus à l’heure des débats, mais de la mise en application…

 

Thierry Fontenelle

Microsoft Natural Language Group