Un utilisateur d’Office 2007 nous demandait il y a quelques jours si le correcteur orthographique français reconnaissait de nouveaux mots que le correcteur précédent rejetait. La réponse est oui. La langue française évolue constamment, comme toutes les langues et nos outils linguistiques évoluent aussi (j’ai parlé ici du tout nouveau correcteur contextuel anglais d’Office 2007). Le lexique pilotant le correcteur orthographique doit donc lui aussi s’aligner sur cette évolution pour tenir compte des nouveautés lexicales en matière de technologie, des néologismes, des noms propres fréquents… Tout cela est bien évidemment basé sur la fréquence d’utilisation des mots dans les corpus de textes…

 

Ceci explique que les amateurs de football et de Zidane en particulier seront certainement ravis de constater que le correcteur de Word 2007 accepte désormais Zizou (oubliez la majuscule et le correcteur vous le signalera d’un magnifique trait ondulé rouge en vous proposant l’orthographe correcte dans la liste des suggestions J).

 

Parmi les autres nouveautés, on citera des mots tels que Wiki, écocitoyenneté, pourriel,  biospéologie, MySQL, sous-page, espiogiciel, Bluetooth, OneCare (le nouveau logiciel anti-virus de Microsoft), cybercriminel, priorisation, blogueur, Cléante, mobilophonie, pour n’en citer que quelques-uns…

 

Biospéologie est un mot intéressant. Mon frère, spéléologue averti et passionné, m’avait signalé que le correcteur d’Office 2003 reconnaissait biospéologie, qui est morphologiquement plus naturel, puisque formé sur la combinaison de bio et de spéléologie, mais refusait obstinément d’accepter le mot biospéologie (sans ). Toutefois, pour diverses raisons historiques et euphoniques, cette dernière orthographe s’est bien implantée dans les milieux concernés, à telle enseigne qu’il existe même une Société Internationale de Biospéologie et un Groupe d’Etude de Biospéologie. Office 2007 rend donc justice à cette orthographe, ce qui devrait faire plaisir à ses adeptes.

 

A vos plumes !

 

Thierry Fontenelle

Microsoft Natural Language Group