Pour les lecteurs de ce blog s’intéressant à la réforme de l’orthographe en français, deux articles publiés récemment dans la presse québécoise traitent de la progression, lente mais constante et inéluctable, de l’orthographe rectifiée recommandée par l’Académie Française. Les deux articles dressent un panorama de l’adoption graduelle de ces formes nouvelles par les enseignants et la presse au Canada, en France, en Suisse et en Belgique. Ils citent tous deux Chantal Contant, du Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français, et donnent la liste des dictionnaires et des outils de vérification linguistique qui intègrent les formes rectifiées. Le correcteur orthographique français d’Office figure au nombre des outils qui ont intégré ces nouvelles formes à 100%.

 

Chantal Contant fait valoir que certains dictionnaires, tels le Hachette, le Littré et le Bescherelle, ont adopté intégralement les rectifications, tout comme les logiciels de correction Antidote, Myriade, ProLexis, Cordial et le correcteur de Word.

 

(L'Actualité, no. Vol: 32 No: 16, 15 octobre 2007, p. 70: Débat - Le français frisote)

Du côté des ouvrages de référence, Le Petit Robert et Le Petit Larousse sont plus réticents que le dictionnaire Hachette, le Nouveau Littré, les correcteurs Antidote, ProLexis et Word, ou les grammaires Bescherelle et Grevisse, qui intègrent 100 % des changements.

(Le Devoir, LES ACTUALITÉS, mardi 2 octobre 2007, p. A4 : Rectifications de l'orthographe

Les graphies font peu à peu leur chemin)

 

 

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises des 3 options offertes aux utilisateurs d’Office 2007. Rappelons que les nouveaux programmes scolaires du Ministère français de l’Education Nationale s'inscrivent «dans le cadre de l'orthographe rectifiée» depuis 2007, ce qui signifie que les enseignants sont invités non seulement à ne pas considérer les formes rectifiées comme incorrectes, mais aussi à les enseigner.

 

Thierry Fontenelle

Microsoft Natural Language Group