Encore une nouvelle qui intéressera les enseignants belges.  J’apprends via la Liste de diffusion Orthographe en direct que trois nouvelles circulaires ministérielles viennent d’être publiées à l’attention des enseignants de Belgique francophone : elles précisent que les professeurs de français de tous niveaux sont invités à enseigner prioritairement les graphies rénovées. L’orthographe rectifiée devient donc la référence pour l’enseignement et les professeurs doivent donc tenir compte des rectifications orthographiques dont j’ai parlé à de nombreuses reprises sur ce blog. Il y a quelques semaines, j’annonçais d’ailleurs ici-même que les programmes scolaires 2008-2009 du Ministère français de l’Education Nationale indiquaient aussi que les professeurs devaient tenir compte des rectifications de l’orthographe approuvées par l’Académie française. On constate donc une approche semblable de la part des autorités de Belgique francophone. Les circulaires ministérielles belges, qui sont applicables à partir de la rentrée scolaire 2008, rappellent également que la nouvelle orthographe et l’ancienne orthographe sont toutes deux correctes et doivent donc être toutes deux admises par les enseignants.

Ces circulaires ministérielles peuvent être consultées aux adresses suivantes :

http://www.adm.cfwb.be/upload/docs/2675_20080929162105.pdf
http://www.adm.cfwb.be/upload/docs/2677_20080926125753.pdf
http://www.adm.cfwb.be/upload/docs/2676_20080926124747.pdf

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que le correcteur orthographique d’Office tient compte de ces formes rectifiées et qu’il accepte par défaut l’ancienne orthographe (dénommée dans les options d’Office 2007 « orthographe traditionnelle ») et la nouvelle orthographe (dénommée « orthographe rectifiée »), ce qui correspond bien à la teneur de ces circulaires ministérielles voulant que les deux orthographes soient admises et qu’aucune des deux graphies ne puisse être tenue pour fautive . Il est très facile, d’un clic de souris, de changer cette option par défaut et de ne plus accepter que les formes nouvelles, si l’on souhaite s’y habituer, les enseigner ou les étudier (voir le billet où j’ai décrit la façon dont ces options peuvent être modifiées, de même que le billet où j’évoque les tutoriels réalisés pour les enseignants qui souhaitent se familiariser avec ces options linguistiques du correcteur orthographique de Word).

Il n’est plus possible d’ignorer ces rectifications, d’autant plus que les ouvrages de référence intègrent ces formes de plus en plus systématiquement. Ainsi, l’édition 2009 du Petit Robert a subi une profonde révision pour faire une plus grande place à l’orthographe rectifiée (6000 mots ont droit à une double entrée mentionnant l’ancienne et la nouvelle orthographe, comme l’indiquait le Nouvel Observateur il y a quelques jours). De la même façon, le mémento grammatical du Petit Larousse illustré 2009 inclut également la liste des mots concernés par les rectifications de l’orthographe. Les rectifications ont donc progressé dans l’usage, dans les ouvrages de référence et dans les logiciels de correction linguistique.

 

Thierry Fontenelle

Microsoft Natural Language Group