Depuis maintenant prêt d’un an, je “pilote” le groupe de travail GreenIT du Syntec. Dans ce cadre nous avons en mai 2009 publié un “position paper” sur la feuille de route que nous nous sommes fixé. (dispo ici)

Sur la base du constat que nous avons fait avec l’aide des quelques 70 membres du groupe de travail (l’un des plus important et actif du Syntec), nous nous proposons de publier une série de 10 livre vert sur la thématique GreenIT.

Les publications ont commencé des cet automne avec un premier livre sur la dématérialisation (dispo ici). Premier volume car pour nous la dématérialisation est une des clés de voute d’une démarche GreenIT dans l’entreprise. C’est parce que les processus et les supports sont dématérialisés que l’on peut travailler sur le télétravail, ouvrir la porte a de nouvelle forme de travail (collaboratif, mobilité..) mais aussi travailler sur la réduction des échange physique qui se traduiront par une réduction des émission de CO2 lié aux déplacement, stockage archivage impression…

Depuis mi Janvier le second volume sur le télétravail a été publié (dispo ici), ce volume fait un état de l’art sur ce que l’on appel le télé travail. Notion bien connue mais que nous avons voulu pousser hors du cadre habituel, cadre législatif a notre vue trop restreint. Point question ici de parler de cadre rigide d’emploi a la maison, mais plutôt d’embrasser une vue plus large de la mobilité. C’est bien en poussant les nouveaux modes de travail , en promouvant la souplesse que nos entreprises proposeront un environnement attirant pour les talents, que nous réduirons nos empruntes CO2 en réduisant notablement nos déplacements et garantirons un optimum entre productivité et qualité de vie. C’est un gagnant gagnant que nous “poussons” dans ce dernier “green paper”.

A ce jour, nous travaillons sur un volume sur la comptabilité CO2, sortie planifiée fin Avril, début Mai. A l’heure du constat pas brillant du sommet de Copenhague (pour le moins !) des discussions non abouties (c’est un euphémisme) sur la Taxe Carbonne, il nous semble plus que prioritaire de parler Comptabilité CO2, et peut être d’aider a comprendre et faire passer le message sur ce que le Grenelle de l’environnement ciblait comme obligatoire dans un  délais de 3 ou 5ans :

Obligation de réaliser un bilan carbone / énergie [eau / déchets /
transports] pour toutes personnes morales, publiques ou privées, [de plus de
50 personnes et ce dans un délai de trois ans à cinq ans].
Amélioration de 20 à 30 % de l’efficacité énergétique à escompter, sur la base
des retours d’expérience à partir des premiers pilotes. 
(fiche 3, Grenelle de l’environnement 23/08/2008)

Nous sommes convaincus au sein de ce groupe de travail, que:

Nous ne manipulons pas les bon indicateurs depuis des années dans nos prises de décisions : vue trop court terme, pas de réflexions sur les indicateurs sociétaux, environnement… bref indicateur non durable!

Que la comptabilité CO2, devrait être rendu obligatoire au plus vite, On ne maitrise que ce que l’on sait mesure disait en substance un certain lord Kelvin (!) Il faut être pragmatique et commencer au plus vite a mesurer d’abord ce qui est du domaine “facile” intrants, flux de l’entreprise, puis progressivement, par itération successive inclure plus de subtilité dans nos mesures, pour a terme aboutir vers une vrai comptabilité environnementale (incluant bio diversité notamment, cf. rapport Stern)

Qu’il urgent d’agir, car “ca chauffe”, toute année perdue à “réfléchir” est une année perdue, et vue la progression exponentielle des indicateurs climatiques (CO2 typiquement, mais c’est loin d’être le seul) une année ca compte énormément. Il en va de notre compétitivité à long terme et bien sur du tissus économique que nous laisserons aux prochaines générations.

Bref, ca bosse dur sur la Comptabilité CO2 en ce moment :-) et a bientôt pour la publication de ce nouveau livre vert.

A très bientôt donc sur ces sujets.

 

Eric