Article d’origine publié le mercredi 18 mai 2011

Le nuage.

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, tout le monde en parle ici à Atlanta au TechEd 2011.

J’ai assisté à plusieurs sessions de discussion, d’atelier et de formation au cours des deux derniers jours et j’ai parlé du nuage à de nombreux clients, les nuages Microsoft, l’informatique dans les nuages en général, et d’autres offres d’informatique dans les nuages d’entreprises concurrentes. Au cours de ces discussions, plusieurs commentaires de clients ont particulièrement attiré mon attention :

  1. Le nuage a un potentiel étonnant.
  2. Le nuage n’est rien d’autre qu’une mise en œuvre de serveurs de terminaux glorifiée.
  3. Le nuage est un moyen pour Microsoft et d’autres fournisseurs de nuage de prendre possession des données des clients sans leur consentement.
  4. Le nuage n’est pas digne de confiance.

Lors du petit déjeuner ce matin, j’ai entendu plusieurs clients discuter du nuage. Ces discussions alternaient entre les avantages et les inconvénients de cet environnement, son mode d’utilisation, mais après environ 15 minutes de débats passionnés, l’un des intervenants a lâché : « Oui, mais vous ne pouvez pas lui faire confiance ». Toute la table a acquiescé en silence à cet argument.

Confiance.

J’ai entendu cet argument maintes et maintes fois, explicitement ou implicitement. Cet aspect semble constituer la principale préoccupation concernant le nuage. On se demande rarement, « Cela fonctionnera-t-il ? », « Est-ce abordable  ? », « Que faut-il pour le mettre en œuvre ? ». La question revenant le plus souvent concernant le nuage est « Puis-je y faire confiance ? »

Cette question de confiance ne s’applique pas uniquement au nuage Microsoft, mais à tous les autres fournisseurs de nuage, tels que Amazon et Oracle. Les nouveaux témoignages comme celui-ci http://www.bloomberg.com/news/2011-05-15/sony-attack-shows-amazon-s-cloud-service-lures-hackers-at-pennies-an-hour.html, à propos du réseau de Sony piraté, expriment les principales préoccupations de nombreux clients. Ils se disent que ce nuage pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur leur entreprise et leur données.

Une présentation du nuage Microsoft est accessible ici : http://www.microsoft.com/en-us/cloud/default.aspx?WT.srch=1&WT.mc_id=5F0B32B8-29F9-42E4-A7F8-B1E464F82A01&CR_SCC=200010705&fbid=acmj13VguHz. Suivez ce lien pour découvrir le nuage Microsoft, comment il peut aider votre entreprise et les fonctionnalités qu’il offre. Vous ne trouverez pas de discussions sur la confiance. Vous pourrez y lire beaucoup d’informations sur les performances, la sécurité, la fiabilité et les garanties de satisfaction, l’accessibilité et la productivité. La confiance est prise pour acquis.

Qu’est-ce que cela signifie pour les clients cherchant à découvrir le monde du nuage ? La même chose que cela signifie pour les clients cherchant à acquérir une nouvelle voiture, à déposer leurs économies dans une banque, ou même à choisir un restaurant où dîner. Chaque décision implique une part de confiance. La confiance que la voiture roulera correctement et en toute sécurité, que la banque placera judicieusement votre argent et que vous pourrez le récupérer dès que vous en aurez besoin, que le restaurant servira des plats sains et bien préparés. La confiance est attendue, fournie et reçue quotidiennement.

Il en est de même pour le nuage.

Donnez-moi VOTRE avis, parlez-moi de votre expérience avec le nuage, que le fournisseur soit Microsoft ou une autre entreprise.

Merci à chaque participant avec qui j’ai discuté mardi, et à tous les lecteurs de cet article.

-- Hal Zucati

Ce billet de blog a été traduit de l’anglais. L’article d’origine est disponible à la page Something cloudy this way comes ... and it has a silver lining