WebLog de Stéphane PAPP [MSFT]

Journal sur le web de Stéphane PAPP sur l'administration de systèmes.

La fin du progrès ?

Blog - About

A propos du WebLog de Stéphane PAPP [MSFT]

Après près de 10 ans de conseil dans l'équipe française de Microsoft Consulting Services (MCS), j'ai rejoint l'équipe européenne de Customer Service and Support (CSS) comme ingénieur conseil grands comptes. Mon rôle consiste à délivrer du conseil proactif et réactif sur les logiciels de la gamme System Center (ConfigMgr et OpsMgr, principalement).
Je délivre de l'expertise technique associée aux méthodologies ITIL/MOF sous la forme d'atelier de type vérification de l'état de santé, évaluation des risques, revues de supportabilité, cours magistraux.
Si vous êtes intéressés pour avoir un contact Microsoft dédié pour des ressources techniques, travailler avec vous sur des projets, délivrer une formation ou un transfert d’expertise et vous aider à résoudre vos problèmes, le PFE dédié est fait pour vous. Pour en savoir plus, contactez votre responsable technique de compte ou interlocuteur habituel chez Microsoft.

La fin du progrès ?

  • Comments 0

L’un de mes interlocuteurs, traduisant une opinion sans doute largement partagée, me faisait récemment part de son impression que l’informatique arrivait à un âge de raison. Il m’indiquait que l’innovation ne conduisait plus les utilisateurs à demander des nouvelles versions des logiciels. En résumé, son sentiment était que l’innovation marquait le pas.

Par ailleurs, j’entends régulièrement la critique contre le faible pourcentage de fonctions utilisées dans un Word ou un Office. Cette critique conduirait les responsables informatiques à marquer le pas dans l’adoption de nouvelles versions. Si chacun trouve son bonheur dans un logiciel comme Word, c’est parce que le nombre de fonctions apportées est, effectivement, très élevé. Ce qui convient à l’un ne convient pas forcément à l’autre. De plus, chacun est libre de découvrir, à son rythme, les nouveautés d’un logiciel. En tant qu’utilisateur, je préfère, toutefois, suivre une mise à jour de mes connaissances pour tirer rapidement le meilleur parti des nouveautés. Par une remise en question de mes habitudes de travail, je parviens, régulièrement, à gagner du temps et, ainsi, faire partager mes idées, mais j’utilise, aussi ce temps libre à d’autres activités.

Les principales nouveautés apportées par une version d’un logiciel mettent, quelques fois, longtemps avant de passer dans l’utilisation courante. Certaines fonctions comme la vérification orthographiques ou grammaticales ont été rapidement adoptées. Elles n’ont pas nécessité de trop longue période d’apprentissage. D’autres fonctions comme la mise à jour automatique d’Excel depuis une source sur Internet s’améliorent au fil du temps. L’ergonomie de la fonction s’est améliorée jusqu’à devenir suffisamment intuitive pour pouvoir être adoptée par le plus grand nombre dès lors, qu’en parallèle, l’usage d’Internet s’est généralisé également. Parfois, les premières impressions de difficultés d’une fonction comme les styles de Word conduisent à une faible utilisation, bien des années plus tard et malgré le fait que leur utilisation en soit largement simplifiée. Je suis toujours surpris d’analyser certains CV qui démontrent la faible maîtrise des styles. Il est souvent arrivé que Microsoft rajoute une fonction à un logiciel bien avant que la demande ne s’en fasse sentir, mais la présence de cette fonction a pu contribuer au succès de l’offre : le support des CD/ROM dans les systèmes d’exploitation est apparu avant la disponibilité en masse d’ordinateurs équipés de lecteurs et j’entends, souvent, aujourd’hui la demande du support natif dans le système des graveurs de DVD. De là à demander qu’un lecteur multimédia soit disponible en standard…

S’il est exact que les nouveautés et l’effort de Microsoft semblent, aujourd’hui, d’avantage porter sur la facilité d’administration ou la sécurité, c’est que, vraisemblablement, la demande semble également porter sur ces thèmes. C’est aussi, probablement, parce qu’un choix de produit ne porte plus spécifiquement sur une comparaison des fonctions offertes. Ces comparaisons, point à point, sont exactes à un moment donnée, mais qui peuvent s’inverser quelque temps plus tard. Il semble plus difficile d’apporter plus de facilité d’administration ou de sécurité d’une version d’un produit à la suivante. Il est évident, toutefois, que la plupart des concurrents de Microsoft parviendront, un jour, à offrir un niveau au moins équivalent de facilité d’administration et de sécurité que celui offert aujourd’hui par Microsoft. J’en veux pour preuve l’annonce par un grand éditeur de bases de données de la fourniture régulière de correctifs quand son discours était d’être incassable. J’espère, d’ici là, que Microsoft aura continué à innover et gardera encore une longueur d’avance.

J’entends également certains interlocuteurs me dire, par exemple, qu’un navigateur alternatif à Internet Explorer est plus sécurisé que celui-ci. La solution utilisée consiste à réduire le support de certaines fonctions de manière à limiter le périmètre d’exploitation de failles. Sans pouvoir me prononcer sur ce point, je reste convaincu que la solution aux problèmes de virus, chevaux de Troie et autres logiciels espions n’est pas de réduire les fonctions d’Internet Explorer, mais d’éduquer les utilisateurs. Je crains le jour où un virus s’attaquera massivement à certains concurrents des produits Microsoft. Les événements récents autour de Santy pour PHP dévoilent que la réponse technologique n’est pas suffisante. L’engagement de Microsoft pour fournir d’avantage de fonctions, mais également les moyens de les administrer me semble justifier de continuer à lui faire confiance.

Leave a Comment
  • Please add 4 and 1 and type the answer here:
  • Post