Un journal a publié dernièrement un article au titre laissant entendre qu’il serait possible que Microsoft diffusera des correctifs au-delà du 8 avril 2014. En écrivant ce titre racoleur, ce journal ne rend pas service aux entreprises et particuliers qui pourraient penser qu’ils seront à l’abri en cas de crise virale.

D’une part, le prix des extensions de support est très élevé et engage le client qui y souscrit à avoir un plan de désengagement.

D’autre part, la part de marché de Windows XP est, aujourd’hui, tellement faible qu’il est peu probable que Microsoft se sente obligé de publier largement des correctifs en cas de crise.

Enfin, l’utilisation de systèmes d’exploitation modernes est bénéfique pour l’organisation qui se décide à sortir de Windows XP. J’en veux pour preuve les études suivantes en anglais :

IDC whitepaper: Mitigating Risk: Why Sticking with Windows XP is a Bad Idea

Forrester whitepaper: Total Economic Impact of Windows 7