Noté éditoriale : retrouvez la page originale à l'adresse suivante : http://bit.ly/12yeXLz

Active Assurances double son chiffre d’affaire en abandonnant son prestataire d’hébergement au profit de Windows Azure, plateforme retenue pour son élasticité, sa simplicité d’administration et ses performances.

Courtier en ligne, Active Assurances spécialiste de l'assurance auto a développé son système d’information avec des technologies Open Source. Hébergé en mode mutualisé, son site a très vite été confronté à des problèmes de montée en charge, dus à la croissance rapide de la société et le volume des flux XML des comparateurs. Afin de ne plus perdre de clients, elle a migré son système vers Windows Azure et Office 365 pour gagner en capacité à monter en charge, en souplesse d’évolution et en coûts. Véritable réussite, le projet a été réalisé en une semaine et n’a nécessité que quelques ajustements au niveau développement.

 

Témoignage

 

 

Fondé il y a deux ans, Active Assurances est un courtier qui exerce le métier d’assureur en ligne sur le marché de l’automobile. « En d’autres termes, explique Didier Naccache, Associé d’Active Assurances, nous nous différencions des courtiers traditionnels par notre indépendance et notre propre système d’information ». Conçu il y a deux ans avec le langage PHP et la base de données MySQL, ce système était hébergé en mode mutualisé chez un prestataire jusqu’en septembre 2012, date à laquelle Active Assurances se rend compte que faute de pouvoir traiter toutes les requêtes elle perd de plus en plus de clients.


photo-activeassurances.jpg

Le besoin : monter en charge à moindre coût

En deux ans, la société a en effet connu une croissance rapide et le volume de flux XML en provenance des comparateurs sur Internet pose problème. Ces derniers engendrent une charge colossale que le site n’est plus en mesure de gérer. Or, chaque flux non traité équivaut à un client perdu, faute de pouvoir accéder à l’offre d’Active Assurances.

Arrivée au maximum de ce qui était possible en mutualisé, Active Assurances se voit donc contraint de passer en mode dédié pour disposer de son propre serveur hébergé chez son prestataire et gagner ainsi en performances et en élasticité. Mais cette solution n’était envisagée qu’à contre cœur car elle supposait, notamment, le recrutement d’un administrateur, coût supplémentaire non négligeable pour une société composée de 15 personnes. « Nos choix étaient très limités, résume Didier Naccache, en raison de la complexité intrinsèque au métier d’assureur de notre système d’information. Redévelopper n’étant pas une option, le mode dédié restait la seule voie, malgré ses désavantages évidents… Jusqu’à ce que ValorConseil, prestataire que nous avons engagé pour étudier notre problématique, nous parle de Windows Azure. Et de fait, sur tous les plans, c’était exactement la solution qui résolvait tous nos problèmes en éliminant les inconvénients du mode dédié ».

La solution : Windows Azure et Office 365
Plusieurs facteurs sont intervenus dans ce choix. Le premier – et probablement un des plus importants pour Active Assurances : aucune remise en cause de l’existant. Accompagné par ValorConseil et assisté par le Microsoft Technology Center (MTC), le courtier va en effet transposer son système d’information à l’identique, d’un environnement mutualisé sous Linux vers Windows Azure, le tout en quelques jours, abstraction faite des périodes de tests. « Nous avons bien entendu dû ajuster quelques lignes de code mais globalement, en une semaine, à raison de deux développeurs, la migration était finalisée et réussie, poursuit Didier Naccache. Dans un premier temps, nous avons conservé notre base MySQL mais, pour des raisons pratiques, nous avons ensuite opté pour SQL database, une version « as a service » de SQL Server. Là encore, quelques requêtes ont dû être réécrites mais les modifications étaient minimes ». Parmi les principaux changements apportés au système original, ValorConseil a notamment dû transposer la fonction CRON de Linux. Ceci en s’appuyant sur une machine virtuelle dans Azure pour l’exécution de scripts programmés" précise Eric Tourlet, Consultant Senior ValorConseil, "ou encore adapter le stockage de ses fichiers (75 000 au total !) au système BLOB de Windows Azure.

Second facteur, la maitrise d’un outil développé en interne par des personnes qui continuent à assurer sa maintenance et son évolution. « Nous ne voyons aucune différence entre notre ancien hébergement et le nouveau pour ce qui est de la maitrise sur nos développements, souligne Didier Naccache. Je reste en Open Source et mon application n’a subi aucune modification, à l’exception de l’utilisation d’Office 365 : il nous fallait une nouvelle messagerie et celle proposée par Microsoft était la plus performante et la plus simple à utiliser ». Le système d’information d’Active Assurances est en effet interfacé avec un serveur de mail afin de générer automatiquement des courriers électroniques. La société s’appuyait auparavant sur le serveur de son prestataire. Lors de la migration, elle s’est naturellement tournée vers les connecteurs fournis par Windows Azure pour remplacer sa messagerie existante par celle d’Office 365.

Enfin, dernier facteur, et non des moindres, le choix de Windows Azure a été motivé par la simplicité d’administration et la souplesse de gestion de la montée en charge. « Nous avons opté pour la souscription Windows Azure Web Site (WAWS), ce qui veut dire que l’administration se résume à cliquer sur quelques boutons et à bouger le curseur sur une réglette pour indiquer le nombre de processeurs voulus pour gérer la charge », indique Didier Naccache.

« Grâce à Windows Azure et sans remise en cause de notre existant en Open Source, nous avons doublé notre capacité de traitement et notre chiffre d’affaire toute en bénéficiant de perspectives d’évolution et d’un modèle économique avantageux ».
Didier Naccache, Associé d’Active Assurances

Bénéfices : un hébergement de qualité pour un coût moindre
Migré en décembre 2012, le système d’information ne rencontre plus aucun problème de charge. « Là où, auparavant, nous répondions à environ 50% des demandes en provenance des comparateurs, nous sommes aujourd’hui en mesure de traiter 99% des requêtes, le 1% restant étant de notre fait – principalement, des erreurs de développement, explique Didier Naccache. En d’autres termes, sans exploser le budget consacré à l’hébergement, nous avons doublé notre capacité et, mécaniquement, notre chiffre d’affaire sur les six derniers mois ».

D’un point de vue financier, portage du système vers Windows Azure compris, Active Assurances estime qu’une migration et un hébergement en mode dédié lui aurait couté plus cher. Comparé au mode mutualisé utilisé précédemment, la solution Cloud est légèrement plus onéreuse. « Mais c’est normal, ajoute Didier Naccache. Les services ne sont pas les mêmes, sans compter que nous sommes loin d’avoir exploité le potentiel de Windows Azure. Notre système d’information n’a pas été conçu pour le modèle économique du Cloud, à savoir payer ce que l’on consomme, mais pour un hébergement classique où, par exemple, la taille d’un fichier ou l’espace utilisé en base de données n’ont pas d’influence sur le coût. Nous avons migré dans l’urgence, mais maintenant nous allons prendre le temps d’analyser le modèle économique et utiliser tous les leviers pour réduire nos coûts. A terme, nous devrions arriver à une solution très compétitive et d’une souplesse incomparable qui ne nous mettra plus jamais dans la position de perdre des clients, faute de pouvoir monter en charge ».

 

Problématique

 

  • Passer d’un hébergement mutualisé à un modèle plus performant, capable de gérer la charge en croissance constante du site, en respectant un budget restreint.
  • Migrer aussi vite que possible pour ne plus perdre des clients en évitant les redéveloppements.
  • Limiter l’impact sur l’administration.

 

Bénéfices

  • Chiffre d’affaire doublé en six mois
  • Elasticité de la plateforme Azure
  • Pas ou peu d’administration
  • Solution financière très compétitive
  • Support de l’open source dans Azure