Voici l’essentiel de l’épisode 123 du Cloud Cover Show paru il y a quelques jours.

Dans cet épisode Nick Harris et Nir Mashkowski (Principal Program Manager sur Windows Azure Web Sites) nous présentent les nouvelles fonctionnalités sorties sur Windows Azure Web Sites ces dernières semaines :

  • Remote debugging de code déployé sur Windows Azure Web Sites
  • Journaux des opérations
  • Support de PHP 5.5
  • Websockets
  • Suppression des headers non souhaités

La première information intéressante que nous livre Nir est le rythme de release de Windows Azure Web Sites : une nouvelle version majeure toutes les 8 à 12 semaines depuis la sortie officielle du mois de juin.

Ensuite, Nir s’attaque aux démonstrations suivantes :

  • A partir de 01:48, le remote debugging de code .NET déployé sur Windows Azure Web Sites, à partir de Visual Studio : une fonctionnalité exclusive à Windows Azure.
    Une fois activée sur un site Windows Azure Web Site dans le portail Windows Azure, cette fonctionnalité permet de “debugguer” n’importe quel site ASP.Net déployé en mode Debug.
    Il suffit ensuite d’attacher Visual Studio au site (soit grâce à un clic droit sur le site dans le Server Explorer de Visual Studio équipé du SDK 2.2, soit en utilisant le champ “Qualifier” de la fenêtre “Attach to Process” du menu Debug de Visual Studio).
    Petite précision qui a son importance : même si cela est techniquement possible, il n’est pas conseillé d’utiliser cette fonctionnalité en production, mais seulement en phase de développement ou de test.
  • A partir de 07:19, Nir et Nick échangent sur les journaux des opérations, qui enregistrent automatiquement l’activité des différents changements opérationnels que vous avez effectués sur vos services, incluant depuis peu Windows Azure Web Sites.
  • A 10:30, le support de PHP 5.5 est abordé et l’édition d’un site directement depuis votre navigateur via Visual Studio Online Monaco est démontré.
    Les sites PHP sont en effet totalement supportés sur Windows Azure Web Sites. Le fait que la plateforme soit totalement managée par Microsoft (Platform as a Service) fait même de Windows Azure Web Sites un excellent choix pour les développeurs PHP.
    L’un des avantages par rapport à l’utilisation d’une machine classique est qu’il suffit de cocher une case pour monter de version de PHP, Windows Azure s’occupe du reste.
  • A partir de 17:34, il est question du support dans Windows Azure Web Sites des Websockets qui permettent de créer un canal de communication bidirectionnel en temps réel entre le navigateur et le serveur web.
    Cette fonctionnalité était attendue depuis longtemps, mais l’architecture de Windows Azure Web Sites, où toutes les requêtes passent par un load balancer logiciel a rendu son implémentation complexe.
    Les applications sociales (messagerie instantanées), les jeux-vidéos, les sites qui ont besoin de mettre à jour le client en temps réel, etc, sont donc des scénarios qui sont maintenant possibles de manières très simple, en utilisant SignalR (.NET) ou Socket.IO (Node JS).
  • A 19:55, Nick et Nir échangent sur les différentes façon de configurer un site sur Windows Azure Web Sites. Il est important de différentier deux types de paramètres :
    • Les paramètres propres à Windows Azure Web Sites (activation de tel ou tel version de .NET ou de PHP par exemple), qui sont accessibles via le portail ou via les outils Windows Azure habituels (PowerShell, API Rest, …)
    • Les paramètres propres à IIS ou à votre Framework, qui se configurent comme vous le feriez sur n’importe quel serveur IIS (IIS étant le serveur Web utilisé par Windows Azure Web Sites).
    Alors que la question de la réversibilité des applications entre le Cloud et les infrastructures classiques se posent, il est donc important de mentionner que développer pour Windows Azure Web Sites équivaut à développer pour IIS, où qu’il soit (chez vous, chez un hébergeur traditionnel, ...).
  • A 22:30, Nir mentionne une fonctionnalité intéressante : la possibilité d’activer le pipeline classique d’IIS, vous permettant d’utiliser Windows Azure Web Sites avec des applications qui ne seraient pas compatibles avec le nouveau pipeline managé disponible depuis IIS 7.
  • Enfin, à 23:46, la possibilité de supprimer les headers http non souhaités est présentée. Le but est de vous donner le contrôle sur les headers intégrés dans les réponses http en provenance de Windows Azure Web Sites, que ce soit pour des raisons de sécurité, de confidentialité, ou même de performance dans les cas les plus extrêmes.
    Pour information, cette fonctionnalité a été implémentée suite aux nombreux votes récoltés par la suggestion d’un membre de la communauté sur le système de feedback de Windows Azure Web Sites, qui est directement pris en compte par l’équipe produit. N’hésitez pas à voter pour les suggestions qui vous semblent importantes ou à contribuer si vous avez de nouvelles idées.

 

Si vous souhaitez tester cela par vous-mêmes et que vous n’avez pas encore de compte Windows Azure ni d’abonnement MSDN ? Ouvrez un compte de test gratuit: 150 € de ressources pendant 1 mois.

Vous trouverez ci-après quelques images de l’épisode.

Benjamin (@benjiiim)

 

image

Début de l’épisode avec l’introduction de Nir Mashkowski (Principal Program Manager sur Windows Azure Web Sites).

image

Notes de la démo de la présentation du debug en direct d’un site déployé sur Windows Azure Web Sites

image

Présentation des paramètres de debug sur le portail Windows Azure

image

Ne pas oublier de déployer le site en mode Debug pour que les symboles soient disponibles.

image

Il est possible de s’attacher au site via un clic droit sur le bon site dans le Server Explorer (SDK 2.2) ou en utilisant directement l’URL du site dans la fenêtre “Attach to Process”.

image

Présentation des journaux d’opérations dans le portail Windows Azure

image

Choix de la version de PHP dans le portail.

image

Edition du code directement depuis le navigateur via Visual Studio Online Monaco

image

Activation des websockets dans le portail Windows Azure

image

Suppression des headers non souhaités

image

Compte twitter de Nir Mashkowski