Dans cet épisode, disponible en vidéo et en intégralité à http://channel9.msdn.com/Shows/Cloud+Cover/Episode-130-What-s-New-with-in-Azure-Storage-incl-the-Import-Export-Service-CORS-JSON-Read-from-Seco, Chris Risner interroge  Jai Haridas, Principal Development Manager dans le groupe produit  et Aung Oo Principal Program Manager Lead sur les nouveautés du stockage Windows Azure.

 

En voici un résumé en texte et en images.

 

La fonctionnalité d’importation/exportation est en version préliminaire et disponible aux Etats-Unis pour l’instant. Il s’agit de pouvoir échanger des données avec Windows Azure via des disques durs. La limitation en pré-version aux Etats-Unis signifie que les disques durs voyagent uniquement au sein des Etats-Unis, mais la région Windows Azure peut être n’importe laquelle. Le scénario classique est le suivant: vous disposez d’une petite bande passante vers Internet et voulez transférer de grandes quantités de données. Par exemple avec une ligne T1, il faut 75 j pour transférer 1 To.

Windows Azure accepte des disques internes SATA allant jusqu’à 4 To (c’est le maximum qu’on trouve classiquement sur le marché et donc ce qui a été testé). NDT: le service est décrit ici http://www.windowsazure.com/en-us/documentation/articles/storage-import-export-service/ et on trouvera les disques acceptés. Les données doivent voyager chiffrées avec Bitlocker. Il existe un outil qu’on peut télécharger pour aider à cela.

Une démo est faite à partir de 4:23. Les jobs d’importation ou d’exportation peuvent être créés depuis le portail ou en REST. La démo le montre depuis le portail. Les fonctionnalités présentées ne sont disponibles en pré-version qu’aux clients qui ont demandé (et obtenu) l’accès en indiquant la région, le compte de stockage et la taille des données à transférer.

Les étapes principales sont les suivantes:
image

(voir les copies d’écrans, ou mieux la vidéo pour la démo)

 

Cette fonctionnalité n’est que pour des blobs.

Actuellement, on ne peut avoir plus de 20 jobs actifs, et chaque job peut avoir 10 disques maximum et est associé à un compte de stockage.

En version préliminaire, le prix est de 40$ par disque HT. Le prix définitif n’est pas fixé.

Quand on choisit un compte de stockage dans une région différente de celle où l’on envoie, on peut avoir à payer la bande passante sortante depuis le datacenter Windows Azure qui reçoit le disque.

 

L’exportation se passe comme l’importation. On doit envoyer les disques vides.

Il y a un mécanisme de logs dans le cas ou l’exportation se passe mal, de façon à ce qu’on puisse ré-essayer sans renvoyer le disque.

 

D’autres fonctionnalités ont été ajoutées récemment.

- CORS: cette fonctionnalité permet d’éviter d’avoir à créer un intermédiaire pour accéder au stockage Windows Azure depuis une application Web qui est dans un autre domaine. En effet, le stockage Windows Azure supporte maintenant, via la spécification HTML5 CORS de se faire appeler depuis un autre domaine. C’est disponible pour les blobs, les tables et les queues.

- Support  de JSON dans les tables: Les tables supportent OData qu iinclut AtomPub. On peut donc demander (Accept) du JSON plutôt que de l’XML, ce qui est utile par exemple quand on utilise du JavaScript, mais aussi parce que JSON est plus compact qu’XML. Il y a deux modes, suivant que l’on veut des métadatas, ou seulement le minimum de metadatas.

- Métriques à la minute: C’est un nouveau type de métriques, plus précis (à la minute) que l’on peut activer d’une façon assez similaire à ce qu’on fait pour les métriques classiques. De plus, le nom comporte Primary ou Secondary image puisqu’en version préliminaire, on peut avoir le compte de stockage géo-répliqué, mais également lisible depuis l’autre région et les métriques de lecture s’appliquent à la région primaire ou secondaire.

- Shared Access Signature sur les blobs copiés, à la destination.

(voir les copies d’écrans, ou mieux la vidéo pour la démo)

 

Vous trouverez des informations complémentaires, comme des liens vers le blog Windows Azure Storage dans le billet de l’épisode.

 

Si vous souhaitez tester Windows Azure par vous-même et que vous n’avez pas encore de compte Windows Azure ni d’abonnement MSDN ? Ouvrez un compte de test gratuit: 150 € de ressources pendant 1 mois.

Suivent des copies d’écran de l’épisode

Smile

Benjamin (@benjguin)

 

 

image_thumb

 

image_thumb1

image_thumb2

image_thumb3

image_thumb4

image_thumb5

image_thumb6

image_thumb7

image_thumb8

image_thumb9

image_thumb10

image_thumb11

image_thumb12

image_thumb13

image_thumb[2]

image_thumb[3]

image_thumb[5] image_thumb[6]

image_thumb[7]

image_thumb[8]

image_thumb[9]

image_thumb[10]

image_thumb[11]

image_thumb[12]

image_thumb[13]

image_thumb[14]

pagination:
image_thumb[15]

image_thumb[16]

image_thumb[17]